Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse
http://sjclunyfrancesuisse.fr/Commemoration-temoignage-de-la-communaute
      Commémoration, témoignage de la communauté.

Commémoration, témoignage de la communauté.

Retour sur la Fête du 10 mai à Chamblanc, pour que les photos présentes sur le Site vous fassent vivre ces instants extraordinaires, « miraculeux » dit quelqu’un ! Pourquoi pas ?


9h30 :Arrivée, par vaques successives, des jeunes des Collèges et écoles primaires de la région.

Visite de la Maison paternelle d’Anne .Marie. Javouhey, de l’exposition. Echanges avec des Mananais

Cette riche matinée se termine par un temps fort émouvant. Tous les jeunes, rejoints par les élèves du Lycée de Chamblanc, la Communauté éducative, les Sœurs du Conseil général, d’autres venues d’autres Communautés, ensemble, tous écoutent le message de M. Georges Patient (sénateur-maire de Mana).

Ensuite, Madame Catherine Thévenin, directrice du Lycée, laisse parler son cœur : « Respecter chaque être humain est essentiel…chacun est grand…nous sommes tous complémentaires. Nous écouter, nous regarder "en vrai"… nous aimer, c’est la fraternité, dont les fruits sont la paix, la liberté, l’égalité » Message très fort, très applaudi, suivi de deux minutes de silence et de la Marseillaise, accompagnée « des tambours sans frontières » par trois Mananais.

15h : Tous les jeunes et les invités se rendent à la Forêt mémoire de Chamblanc.

Foule venue de partout à laquelle se mêlent les autorités civiles et religieuse. Sous-préfète, sénateurs, maires, députés...que d’écharpes tricolores !

Clin d’œil : le soleil luit ! La cérémonie commence : huit jeunes dévoilent les quatre panneaux sur lesquels sont inscrits les noms des esclaves libérés, nouvellement répertoriés, soit 374.

Les maires de Chamblanc, Seurre, Jallanges, Madame la Sous-préfète de Beaune,déposent une gerbe. Entre les discours officiels ou amicaux, chaque classe de jeunes présente un poème, un chant ou une fresque réalisée par eux.
Les jeunes ont confectionné des semelles de chaussures, chacune portant le nom d’un esclave : ils les déposent au pied de chaque panneau. Elles rappellent les souliers qu’Anne.Marie Javouhey offrait aux esclaves le jour de leur libération.
Beaucoup d’émotion !

Après une minute de silence, les tambours sans frontières accompagnent la Marseillaise chantée par tous.

Ce temps fort est suivi du verre de l’amitié, tandis, que les jeunes reprennent le car….et la pluie du matin, revient. C’est peut-être une bénédiction !...

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Dans la Province

Les communautés


Agenda
août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

newsletter