Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse
http://sjclunyfrancesuisse.fr/Cluny-71

Cluny

Dès les débuts, la petite association Saint Joseph prit une extension rapide, Chalon, Autun, plusieurs établissements s’ouvrent successivement en Bourgogne et en franche Comté, la plupart connaîtra la pauvreté des commencements.


La Mère Javouhey cherche autre chose…

Un jour de janvier 1812, elle trouve dans le journal « Les Papiers Nouvelles » cette annonce :

« Monsieur Jean Roberjot met en vente à Cluny l’ancien couvent des Récollets, acheté par lui comme bien national, le 25 thermidor An 4 (12 aout 1796). L’immeuble est situé sur la colline Saint Odile et domine les ruines de la fameuse abbaye. »

C’est pour la Mère Javouhey comme un message venu du ciel ; elle fait part à son Père de son désir d’acquérir cet immeuble et plaide si bien sa cause que Monsieur Javouhey, malgré tant de sacrifices déjà faits pour l’établissement de la Congrégation, consent encore à répondre aux vœux de sa fille. Celui-ci, arrivant pour la première fois à Cluny, avec ses quatre filles, par le chemin de ronde qui domine Cluny, découvre le couvent abandonné, les moines Récollets ayant été chassés par la révolution.

A partir de ce jour, le jeune institut de Saint Joseph prit le nom de Congrégation de Saint Joseph de Cluny. Celle-ci avait trouvé son identité.

Le 14 juillet 1822, par acte authentique, Monsieur Javouhey fait donation de la propriété à ses quatre filles.

La Maison des Récollets restera quelques années la Maison Mère de l’institut, abritant le Noviciat, un pensionnat, ainsi qu’un lieu de repos pour les sœurs. Plusieurs communautés seront érigées dans Cluny (orphelinat, pensionnat, école élémentaire…) de 1812 à 1903.

A ce jour, le couvent des Récollets abrite une maison pour les sœurs aînées ou malades de la Congrégation.

«  De ce tronc bénédictin poussait un jeune arbuste. Grâce à Balthazar Javouhey et à ses filles, le nom de Cluny retentirait bien au-delà des mers. Il serait comme le trait d’union entre la tradition monastique et l’épopée missionnaire. » A.Merlaud, « Audace et génie ».

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Lieux-sources

Documents joints

Les communautés


Agenda
octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017

newsletter