Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon
https://sjclunyfrancesuisse.fr/Juillet-2022?lang=fr

Juillet 2022


« Comment répondre à vos plaintes, presque à vos reproches ? Je ne veux pas vous dire que je me repens d’une faute que je suis enchantée d’avoir commise. Si j’avais attendu l’approbation de mes amis, je ne serais pas venue, et tous les jours je sens mieux combien mon voyage était utile par ses heureux résultats. Et puis, ma chère fille, il ne fallait rien moins que toutes les affaires que vous avez eues pour vous faire sortir de vous-même ou plutôt de votre paresse naturelle, et vous forcer à répondre aux desseins de Dieu sur vous.
Ma chère fille, tâchez de voir l’œuvre de Dieu dans toutes ces entreprises, et non pas un effet de mon caprice ; croyez qu’il m’en a coûté autant qu’à vous ; mais je dois obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. »
L. 62, 1 Gorée 23.05.1822 à Mère Clotilde Javouhey à Bailleul

« Que je voudrais vous envoyer deux saints prêtres, l’un pour la Guadeloupe et l’autre pour vous ! Patience encore une fois ; nous en avons cinq au grand séminaire dont nous payons la pension et qui feront leur noviciat à Mana une année pour acquérir l’expérience. Dites-moi si vous ne vous étonnez pas de notre persévérance malgré toutes les calomnies que vous entendez contre une si belle oeuvre. Ma chère fille, c’est l’oeuvre de Dieu, les hommes de terre et de boue n’y comprennent rien, toute la gloire lui en sera rendue. Amen.
L. 313, 5 Paris 12.12.1834 à Mère Marie Thérèse Javouhey à la Martinique

« Ma chère fille, je ne veux pas entrer dans le détail de toutes les peines et tracasseries que nous fait éprouver Mgr d’Autun, mais j’ai la ferme confiance que l’oeuvre de Dieu n’en marchera pas moins vers son but ; Il est plus fort que les hommes. Si je n’étais pas si convaincue que je dois soutenir contre l’envahissement ce dont le Seigneur m’a chargée, j’abandonnerais tout à la volonté de celui qui voulant, disait-il, être notre père, dévore ses enfants !... Combien j’aurais de choses à dire !... »
L. 499, 2 Cayenne 08.05.1842 à Mère Clotilde Javouhey à Limoux

« Mettons toute notre confiance en Dieu ; Il fera son oeuvre en dépit des hommes. Dans tous les cas, sa volonté me trouvera bien soumise. »
L. 598 Paris 10.07.1845 à Mère Rosalie Javouhey à Chamblanc

« Nous sommes si heureuses, nous avons le bon Dieu, tous les exercices spirituels ! Comme le bon Dieu a bientôt fait de mettre tout d’accord. Qu’on dise que ce n’est pas l’œuvre de Dieu, il faut fermer les yeux pour ne pas voir.
L. 695 Paris 18.01.1846 à Mère Stanislas Rivoire à Senlis

« Je suis heureuse de penser que vous viendrez bientôt ; nous travaillerons à l’oeuvre que le Seigneur nous a confiée, nous réviserons ce qui a été fait à notre nom et sans nous, nous prierons le bon Dieu qu’il nous éclaire, qu’il nous inspire, afin d’éclairer nos enfants qui ont confiance en nous.
Par une providence spéciale, elles ne se sont pas laissé séduire par les faux prophètes que des ennemis avaient suscités pour entraver l’œuvre de Dieu. Mais c’est en vain, l’oeuvre de Dieu s’accomplira. »
L. 987, 2 Paris 05.03.1850 à Mère Rosalie Javouhey à Cluny

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les communautés


Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Site de la Congrégation

Vie religieuse

Vatican News [FR]

  • J'accepte de recevoir 6 fois par an vos informations par email. Désinscription en 1 clic*