Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon
http://sjclunyfrancesuisse.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=25&lang=fr

Témoignages



« L’Église doit sortir d’elle-même ... Elle doit...

 

17 avril 2018 2018 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

« L’Église doit sortir d’elle-même ... Elle doit avoir le courage de sortir de ses frontières, de ses habitudes pour aller et porter l’Évangile là où il n’est pas entendu ou reçu. Elle ne doit pas attendre que le monde vienne à elle, mais aller dans les périphéries géographiques » Pape François

Senior et active, comment répondre à cet appel ? Le sport !
Bien-être physique, bien-être moral, préservation du capital-santé, maintien du lien social, confiance en soi sont les principaux bienfaits, pour les seniors, de l’activité physique, sportive et récréative, pratiquée régulièrement au sein d’un groupe, dans la convivialité et sans esprit de compétition.

Fraîchement arrivée dans un club où je pratique le tennis de table et le badminton, et avec l’accord de mes responsables, j’ai suivi une partie du cursus de la formation à destination des futurs animateurs et instructeurs... avec des d’autres stagiaires bénévoles venus de clubs différents.

La première étape a été la prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1). Cette journée permet d’acquérir les gestes élémentaires de secours...
Puis la Formation commune de base (FCB) sur deux jours. Elle m’a permis de découvrir le fonctionnement de la Fédération FFRS ( Fédération Française de Retraite Sportive) d’appréhender le concept « Sport Senior Santé (SSS) », ainsi que les rôles des différents acteurs, sans oublier les aspects sécurité et réglementation.

Dans la continuité du cursus de la formation initiale j’ai suivi sur quatre jours un module 1 (M1),dans un cadre très convivial qui permet d’échanger et de partager des expériences enrichissantes . Ici, les futurs animateurs apprennent à développer leurs compétences dans les techniques d’animation grâce à des exercices de mise en situation préparés en groupes. Le médecin fédéral est également intervenu en insistant sur les spécificités du public senior et les précautions à prendre. Il nous a également expliqué comment l’exercice permettait de prévenir les conséquences des chutes et de diminuer les risques de perte d’autonomie..
Pour obtenir la qualification d’animateur fédéral, chaque participant doit compléter sa formation par un module 2 (M2) spécifique à l’activité de son choix.
Personnellement, cela a été très enrichissant.

Vivez votre retraite sportivement !



 


Le tour de France de Sr Claire

 

14 avril 2018 2018 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Depuis le 1er février, Sœur Claire Houareau, notre Supérieure Générale, a commencé sa visite canonique des communautés de la Province France-Suisse. Quelques échos en image...

Extrait des constitutions de la Congrégation

Article 135 :" Etant donné le caractère missionnaire de la Congrégation et sa dispersion dans le monde, il est important que la Supérieure Générale connaisse les différents pays où œuvrent les sœurs, les conditions concrètes dans lesquelles elles vivent, pour apprécier les adaptations imposées par la diversité des cultures et des situation."
Article 141 : Son action s’exerce (...) par les visites canoniques qu’elle fait elle même ou par l’intermédiaire d’une visitatrice (...) ; une visite canonique de chaque communauté est normalement prévue dans le cours de son mandat.

Une visite de la Province du 1er février au 26 Mars 2018

C’est par les lieux sources que Sœur Claire a débuté sa visite.
- Ainsi nos sœurs aînées de Cluny ont apprécié les échanges, dans la simplicité et une belle écoute réciproque.
- A Chamblanc, la communauté était accompagnée de Monsieur Bourdot Maire de Chamblanc et président de l’association « par la route des libertés de Chamblanc à mana » ,Monsieur Bez Vice Président, Madame Léveillé, secretaire , Monsieur Valentin , maire de Jallanges , Mme Thevenin ,directrice du Lycée A Marie Javouhey à Chamblanc ; Un moment important de connaissance de l’Association qui apporte une grande richesse culturelle , humaine , sociale , spirituelle à notre région.
- Sœur Claire s’est ensuite rendue à Ciry le Noble ou elle a rencontré nos trois sœurs engagées dans diverses missions en milieu scolaire, dans la santé et en Paroisse.

Le tour de France, étape par étape !

- 1er au 07 février : Cluny
- 07 au 09 février : Chamblanc
- 10 au 11 février : Ciry le Noble
- 14 au 16 février : Le Mesnil Saint Firmin
- 16 au 17 février : Feuquière
- 19 au 21 février : Ti Mamm Doue
- 21 au 24 février : Ker Levenez
- 24 au 26 février : Briec
- 27 au 28 février : Paris
- 28 février au 02 mars : Maisons Alfort
- 03 au 04 mars : Quimcampoix
- 07 au 11 mars : Limoux
- 13 au 15 mars : Rouen
- 16 au 17 mars : Faches Thumesnil
- 19 au 22 mars : Fribourg
- 26 mars : Maison Provinciale.

Ayons à cœur de prier les unes pour les autres ; un grand merci à Sœur Claire pour ce temps de rencontre si important dans la vie de la Congrégation et de notre Province !



 


Engagée au Service Évangélique des Malades (SEM)

 

10 octobre 2017 2017 par Sr Claude-Marie

Le SEM, qu’est-ce que c’est ? Sœur Denise, de la communauté de Cluny, nous partage son engagement dans l’équipe de la Paroisse Saint Benoit, à Cluny.

Un service paroissial mis en place à Cluny le 15 janvier 2016

Une équipe de personnes bénévoles, toutes retraitées, s’est constituée sur l’appel et autour de notre curé, le Père René Aucourt., responsable de la pastorale de la santé sur le diocèse d’Autun.

Le SEM est un service de visites à domicile au nom de la paroisse ; les membre de l’équipe se rendent chez les personnes âgées ou malades, isolées, qui le demandent ou à la demande de leurs proches. Ce n’est pas une simple visite de voisinage, elle a un aspect missionnaire. C’est au nom de l’Eglise que nous sommes envoyés. Chaque membre reçoit une lettre de mission.

Régulièrement, tous les deux ou trois mois, l’équipe se réunit pour partager ce que chacun a vécu avec les personnes rencontrées. Nous terminons par un partage d’Évangile. Nous avons deux formations annuelles, rassemblant toutes les équipes du diocèse.

Comment se passe le service concrètement ?

J’ai cinq personnes à visiter toutes les semaines, à tour de rôle ; c’est une joie pour moi de vivre ce temps de rencontre, où je prends le temps de l’écoute. Je pense souvent à ce passage d’Évangile : "Ce que vous faites aux plus petits des miens, c’est à moi que vous le faites". Visiter des personnes isolées, c’est visiter le Christ ! Je les porte aussi dans ma prière. Cette joie est réciproque, les personnes sont heureuses de m’accueillir. A chaque temps de vacances, je leur envoie une carte, elles apprécient !

Quels ont été les temps forts du SEM sur la paroisse ?

En février dernier, nous avons proposé le sacrement des malades aux personnes isolées ou malades de la paroisse. Toute l’équipe a participé à la préparation de la célébration et des personnes. Une belle célébration paroissiale a eu lieu le jour de dimanche de la santé, le 12 février 2017.

Le 03 octobre dernier, nous avons invité les personnes âgées à une messe célébrée dans notre chapelle des Récollets. Une vingtaine de personnes étaient présentes, avec un bon service de co-voiturage ! A l’issue de la célébration, un verre de l’amitié nous a permis de prolonger la rencontre. Le Père Aucourt a remis à chacun une carte représentant le Christ en Croix (de notre église paroissiale, du XIII ème siècle !).Toutes les personnes présentes souhaitaient que cette expérience se renouvelle !

Pour terminer, je dirais que le SEM est pour moi la joie de recevoir et de donner !
.



 


Accueil des familles de prisonniers

 

2 février 2017 2017 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

L’accueil des familles de la maison d’arrêt de Dijon est une association de bénévoles sans caractère confessionnel ni politique.
Nous sommes 30 participants, hommes femmes, ayant pour la plupart exercé des métiers à caractère éducatif, social, médical (surtout des retraités)

Visites des familles à la maison d’arrêt de Dijon

La maison d’arrêt compte environ 320 hommes et 40 femmes. Elle est surpeuplée comme c’est le cas pour bon nombre de prisons en France.
Les parloirs fonctionnent les lundis, mercredis, samedis. Ils durent 30 minutes et il faut compter 30 minutes supplémentaires pour les déplacements et les contrôles…Les familles peuvent venir de très loin,mais le temps de visite reste le même !

Que se passe-t-il à l’accueil ?

C’est le lieu d’attente avant l’appel pour le parloir. Nous sommes 3 accueillants par demi-journée.
Nous sommes là pour apporter une attention personnalisée, nous accueillons « dignement et confidentiellement " souligne notre charte : sourire, écoute, silence, renseignements souhaités, jeux et parfois garde des enfants qui ne peuvent aller au parloir.
Nous offrons : thé, café, gâteaux. Au cours d’une demi-journée nous accueillons pas loin de 60,à 70 adultes ainsi qu’une quinzaine d’enfants.

Etre accueillant ne s’improvise pas ; après un entretien, il est demandé à chacun environ 6 mois d’expérience avant d’être agréé par l’association.

Nous accueillons avec « notre cœur ». Que de " Mères, femmes, hommes « courages" ! De jeunes mamans, bien fragiles, se sentant toujours menacées mais venant quand même. Des enfants pardonnant après la révolte !
Sans les demander, certaines confidences nous sont faites et nous habitent au retour (et pour moi dans la prière).

J’écoute les paroles de Jésus, je le vois sur le chemin.

Je me retrouve bien dans l’Évangile, j’écoute les paroles de Jésus, je le vois sur le chemin, il regarde chacun : petits, pécheurs, son regard plein d’amour transformait les personnes… Et si à travers nous, il continuait sa mission de fils du père miséricordieux ?
Je le crois, certaines personnes nous accompagnent de leur prière : l’association du bon larron, des personnes malades, des jeunes aussi, à l’occasion de Noël, écrivent des messages encourageants, ils sont transmis aux personnes détenues, par l’aumônier.

Je vais à l’accueil chaque mercredi après-midi.
J’ai la responsabilité de l’organisation du planning de présence des accueillants pour le mois, ce qui me permet aussi d’avoir un contact assez régulier avec chacun.
Il est important d’avoir des liens fraternels entre nous, personne n’est épargné sur le plan des soucis de santé ou familiaux. Le partage des joies compte aussi.
Il nous est proposé des journées de formation pour mieux aider les personnes accueillies.

Je termine par le « merci » d’une personne, venue voir un membre de sa famille incarcéré à la maison d’arrêt, ce merci résume tout à fait ce que les accueillants souhaitent vivre et ce que personnellement, je crois vivre .
« Merci pour la fraternité chaleureuse que vous nous apportez à nous, qui venons à la prison » (billet reçu de M )

Soeur Aleth (Chamblanc)



 


Si l’Arche nous était contée

 

20 juin 2016 2016 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Deux fois par semaine soeur Anne-Marie se rend du Mesnil Saint Firmin au foyer de l’Arche à Beauvais pour y suivre la santé des résidents

16 personnes vivent dans 2 lieux de vie : l’Orée et l’Etincelle, 9 autres personnes externes, se retrouvent dans le groupe des Lucioles
Il y a donc 3 maisons dans un espace de verdure au cœur de Beauvais

Résidents et assistants se côtoient dans la vie quotidienne avec des temps d’ateliers, de convivialité, de prière...Il y a beaucoup de partages et de fêtes

Ce qui frappe à l’arrivée dans ce lieu c’est la simplicité et la spontanéité des contacts
Les personnes semblent heureuses d’être visitées, le mode de relation et de communication surprend quelquefois mais :
Se réjouir d’un rien - Viser l’accompagnement plutôt que l’efficacité - Vivre simplement les réalités de la vie...sont bien des joies quotidiennes à l’Arche



 


Témoignage de Sr Agnès Marie

 

1er octobre 2015 2015 par Sr Claude-Marie

Soeur Agnès Marie donne son témoignage sur KTO...

Dans le cadre de l’année de la vie consacrée, KTO propose une série de portraits de personnes consacrées.
Sr Agnès Marie Le Derrien, de la communauté de Maisons Alfort, nous livre, en quelques mots, ce qui fait l’essentiel de sa vie : vivre en communauté, à la suite du Christ, au service des petits... histoire d’une vie, chemins de vie.

Pour voir la vidéo, cliquer sur le lien suivant :
http://www.ktotv.com/video/00098001...



 


Les descendants d’Alexandre Monnet à jamais liés au destin de La Réunion

 

15 mai 2015 2015 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Dimanche 10 mai 2015, la communauté réunionnaise s’est jointe aux habitants de Mouchin (Nord) dans l’Eglise de la commune pour commémorer l’abolition de l’esclavage sur l’île en 1848. Une cérémonie fraternelle en présence de plusieurs descendants d’Alexandre Monnet,figure anti-raciale de La Réunion du XIX è siècle.

Cette messe eut lieu en présence de l’aumônier des Réunionnais en métropole, le Père Christian Chassagne et de Jean-Paul Esther, président de la fédération des frarternités réunionnaises

Mgr Alexandre Monnet est une icône non seulement à Mouchin, sa ville d’origine et dont un espace culturel porte son nom mais surtout sur l’île de la Réunion. Surnommé le « père des noirs », il constitue pour les habitants d’outre-mer, la figure anti-raciale principale du XIXè siècle à l’origine de l’abolition de l’esclavage.
Il arriva sur l’île en 1840, pendant plus de sept ans, il mène son combat antiesclavagiste qui lui vaudra de fortes oppositions de la part des colons sur place. Il fut soutenu par le roi Louis-Philippe ainsi que par le Pape, mais la situation est intenable, sa tête est même mise à prix. Pour faire revenir le calme dans la colonie, le gouverneur ordonne son expulsion ce qui l’amène à devoir quitter l’île en 1847. De retour à Paris, il devient au côté de Victor Schoelcher, l’un des plus ardents défenseurs de l’abolition de l’esclavage. Il fera de brefs retours dans l’océan indien jusqu’à sa mort en 1849, emporté par la maladie à seulement 37 ans.

Une foule de 20000 personnes l’accompagne jusqu’à sa dernière demeure, la petite église de Rivière des Pluies qu’il avait fait bâtir. Son passage a laissé une trace indélébile dans l’histoire de La Réunion, notamment dans les villes de Sainte-Marie, St Paul et St Denis la capitale.
Pour les Mouchinois et les Réunionnais, Mgr Monnet représente encore aujourd’hui, près de 165 ans après sa mort, non seulement un grand homme au service d’une noble cause, fierté de toute une commune, mais aussi le symbole de la fraternité entre les peuples.

Extraits de la Voix du Nord des 10-11 mai 2015.



 


Echos de la rencontre des associés

 

10 avril 2015 2015 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

La rencontre des associés a eu lieu le 28 mars 2015 à Paris ; temps fort privilégié et nécessaire si l’on veut garder une unité dans notre façon de réfléchir et de travailler. Venus de différents horizons, notre but est de mieux connaître le charisme d’Anne Marie Javouhey et de pouvoir la faire connaître autour de nous.

Ce fut une journée très riche en rencontres et en témoignages.

Le thème de la journée : Vivre ensemble l’Évangile, partage sur le Congrès de Lourdes.

Sœur Chantal Bescond et Chantal Lefèvre, qui étaient au Congrès de
Lourdes en 2013
, nous ont rapporté les points essentiels :
- donner des repères, d’où une priorité à la réflexion et à l’approfondissement.
- Pour cela il faut :
. se rencontrer, relire le chemin des familles
spirituelles, approfondir les enjeux pour l’Eglise et la mission,

. discerner des repères pour avancer.

Associés, nous sommes tous baptisés, envoyés en mission. Aujourd’hui, la mission dans l’Eglise est la réconciliation. Le message de Dieu est un message de recomposition. Nous devons abattre le mur de la haine, refaire l’unité car nous sommes dans une civilisation menacée d’éclatement.

Comment vivre ensemble si des personnes croient en Dieu et d’autres pas ? Pouvons-nous vivre ensemble si nous sommes divisés ? Nous devons donc suivre l’Evangile : être présents à l’action sur le terrain avec l’esprit du fondateur et s’engager sur le terrain.

Nous avons eu ensuite le plaisir d’entendre Sr Marie Monique et Guerline Dardignac nous parler de Haïti.

Les associés haïtiens sont nombreux : 109, auxquels s’ajoutent des sympathisants. Cest par le "bouche à l’oreille" qu’ils se "recrutent". ils se réunissent une fois par mois et les soeurs y sont invitées. Les associés suivent un cycle de formation. Ils arrivent à faire un travail d’évangélisation ce qui leur permet de mieux connaître Anne-Marie Javouhey. Le groupe le plus important se situe à Port au Prince. Ils font des visites dans les prisons, dans les maisons de retraite et sont présents aux gens de la rue.

Gertrude, une femme de grand courage, crée l’ambiance de leurs groupes. Guerline nous a expliqué qu’ils ont un thème d’année. Il y a environ 10 réunions qui ont
lieu le dimanche après la messe. Ils ont fait un pélérinage à Mana en
Guyane. Au cours d’une réunion, il y a un temps de prière, un échange sur un thème ou bien un intervenant donne son témoignage et il y a un échange. La réunion se termine par un goûter. Il peut y avoir des ateliers.

Temps de partage et d’écoute

Après un bon repas pris ensemble, nous avons entendu les associés de
chaque région représentée
, nous dire comment ils fonctionnaient. Il y a
une très grande variété, mais tous les groupes sont dans le fil du congrès de Lourdes :
- La Bretagne regroupe des personnes de la région de Pontivy et des
personnes de Brest. Il n’y a pas de réunion pendant la période
hivernale. Les associés sont plutôt âgés et travaillent sur le charisme
d’Anne -Marie Javouhey à partir du livre de Soeur Mie Suzel et du Père
Auduc.

- Les associés de Bourgogne (Seurre, Chamblanc, ) se sont posées la
question : "Comment faire connaître AM Javouhey ? Ils ont mis en place
le sentier d’Anne Marie Javouhey, avec un départ de Chamblanc, le dernier
dimanche d’Avril. Une messe a lieu à la Grange, le dimanche le plus proche
du 15 juillet et une soirée est organisée en novembre pour célébrer la
naissance et le baptême d’Anne Marie Javouhey.

Le groupe de Dijon essaie de revivre des événements forts. Leur gros
problème : la communauté de Dijon est fermée.

- Le groupe du Nord (Faches Thuménil) est né de la paroisse. Ils ont fait
des pélérinages de 4-5 jours tous les 2 ans. Ils approfondissent leurs
connaissances d’Anne Marie Javouhey en étudiant ses lettres. Ils travaillent
aussi sur l’abolition de l’esclavage.

- Le groupe de l’Ile de France regroupe "des éparpillés" : Paris, Angers,
Bretagne. Ils se réunissent une fois par trimestre à Paris. Eux aussi
approfondissent leurs connaissances sur AM Javouhey.

Route des abolitions

Enfin, Soeur Agnès Thévenin nous a parlé de la Route des Esclavages et des Droits de l’Homme. Le 10 mai est la journée de la commémoration de
l’abolition de l’esclavage. Or cette Commémoration a lieu dans le jardin du Luxembourg. Chamblanc organise aussi une commémoration. Une demande est faite au Gouvernement pour que la commémoration de cette journée se fasse dans
des lieux "qui disent quelque chose". Pour l’instant pas de réponse, mais espoir.

Nicole Pervès



 


Martine, déléguée de tutelle

 

26 février 2015 2015 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Martine Rossignol nous partage son expérience et sa joie de participer au conseil de tutelle du réseau scolaire Saint Joseph de Cluny.

J’ai découvert la Congrégation Saint Joseph de Cluny lorsque j’ai été nommée chef d’établissement à Maisons-Alfort. En 1988, j’étais la première laïque à diriger leur établissement ; l’accueil et la confiance que les sœurs m’ont donnée m’ont interpellée.
Aussi, en 2008, lorsqu’elles m’ont demandé d’entrer dans le conseil de tutelle du réseau scolaire, je n’ai pas hésité : j’avais beaucoup reçu, je voulais donner !

La mission : accompagner, comme déléguée de tutelle, deux des établissements, à Lagny et Cluny... ce que je fais avec beaucoup de joie. Il y a les conseils d’administration, bien sûr, mais ce que je préfère, c’est la vie des écoles : les animations de prière, les aides ponctuelles, les journées pédagogiques avec les enseignants.
Je participe aux conseils de tutelle, où nous nous retrouvons pour partager les joies, mais aussi, parfois, les soucis de nos établissements scolaires.

Comment ne pas adhérer au projet éducatif d’Anne Marie Javouhey ; enseigner, oui, mais aussi éduquer... éduquer tout l’être, s’éduquer les uns les autres, car chacun possède des richesses à partager !

Martine Rossignol



 


Laïcs associés à Saint Joseph de Cluny

 

11 février 2015 2015 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Témoignage de Chantal et Marie Hélène, donné au cours de la journée de la vie consacrée en Côte d’Or, le 02 février 2015

Chantal, Associée aux Sœurs de St Joseph de Cluny à Dijon

- Juillet 1992 ! Sr Madeleine Cousin quitte les grésilles pour une autre mission et nous envoie ! Nous sommes trois ! "Allez et vous verrez" !

- De juillet 1992 à l’An 2000, les sœurs de la Communauté de Dijon, nous font découvrir par la formation proposée aux Associés de St Joseph de Cluny ce que nous ne savons pas encore de Mère Javouhey et de ses filles.
Les différentes communautés de Bourgogne, de Paris, de Suisse, de Rome et même jusqu’au Sénégal, nous ouvrent les portes de la Mission. Et nous irons année, après année sur les pas de celle qui anime notre foi par son charisme, là où nous sommes : famille, service d’Eglise, travail.

- De trois, nous passons à six ! L’Evangile, où nous puisons notre fidélité au Seigneur, nous aide à vivre le quotidien et notre proximité, dans nos différences, avec les sœurs. Mère Javouhey sait au cœur de chacune et "l’exilée" que je suis, trouvera au sein de sa communauté, cette universalité de personnes qui avait accompagné mes années de jeunesse.

- 2013 : 21 ans ! La communauté s’en va de Dijon ! Mission des Associées : tacitement, rester unies, et continuer de se réunir, de réfléchir, et de célébrer la vie, grâce à l’accompagnement de Sr Chantal, de Chamblanc !

Chantal Prats

Témoignage de Marie Hélène, Associée de Chamblanc

Élève pendant trois ans dans ma jeunesse a l’école de Chamblanc ou « chez les sœurs » (c’est comme cela que l’on disait à l’époque), je n’ai pas de souvenir marquant d’Anne Marie Javouhey.
Mais il y a une quarantaine d’année j’ai rencontré un Chamblantain qui est devenu mon mari et nous nous sommes installés à Chamblanc.
J’ai fait la connaissance avec la communauté des sœurs ou des liens ses sont crées.

Au moment de la catéchèse de mes enfants j’ai été sollicité par le curé de la paroisse pour faire le caté. J’ai refusé dans un premier temps en me disant que je ne saurait pas faire mais "secouée" par une sœur, j’ai réfléchi et découvrant petit à petit la vie d’Anne Marie Javouhey,je me suis dit qu’elle était elle aussi chamblantine et qu’elle avait osé !! alors je me suis embarquée en lui demandant souvent de l’aide.

Et depuis mon souci a été de la faire connaitre dans la paroisse et autour de moi, forte d’un témoignage d’un ami voisin rentrant de Guyane et venant me dire : "mais las- bas on ne parle que de la mère Javouhey et moi je ne la connais même pas met j’habite à 2 km !!"

Voilà depuis, devenue associée, j’admire sa confiance et son audace et je lui demande au quotidien d’essayer comme elle de faire la Volonté de Dieu.

Marie Hélène



 


Auprès des personnes handicapées

 

8 juin 2014 2014 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Témoignage de Sr Anne Marie, infirmière auprès de personnes handicapées

Je suis en communauté au Mesnil Saint Firmin et occupe un poste d’infirmière à mi-temps auprès de personnes adultes souffrant de handicap mental, dans les foyers de l’Arche à Beauvais et à Paris.

Cela me donne l’occasion d’aider ces personnes fragiles dans leur parcours de santé. Je prends pour elles tous les rendez-vous médicaux dont elles ont besoin, les y accompagne et leur donne ensuite les traitements prescrits, en lien avec les assistants des Foyers.

Le Foyer de Beauvais va prochainement s’agrandir, ainsi que celui de Paris. En effet, les besoins sont grands dans ce domaine, spécialement concernant les personnes vieillissantes.

Cette activité au sein de l’Arche, fondée par Jean Vanier il y a exactement 50 ans, me permet de retrouver des valeurs chères aux sœurs de Saint-Joseph de Cluny, comme la fraternité, la solidarité et la simplicité. 



 


Auprès des femmes de la maison de quartier

 

7 mai 2014 2014 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

A la demande de la directrice adjointe des centres socioculturels de la ville de Maisons Alfort, Sr Marie Bruno a été sollicitée pour intervenir une fois par mois dans une maison de quartier dans le cadre d’une mission « Prévention-Santé ».

J’anime les rencontres sur le thème plus précis de « Comment prendre soin de soi ? » Plusieurs points sur la physiologie et la pathologie du corps féminin sont abordés.

Les femmes qui participent sont de différents âges et origines.
Ces moments de "formation et d’information" sont de vrais temps forts, temps d’échange, où chacune partage son expérience, ses questions, ses étonnements.
Elles forment un groupe de plusieurs cultures : africaine, maghrébines, portugaise, antillaise et française. Ces différences permettent d’élargir les questionnements.

Chaque rencontre se termine par un goûter où chacune a le souci du partage.

Ce que j’observe c’est que certes, j’offre le meilleur de moi-même, mais ce qui est sûr, c’est que ce sont ces femmes qui m’évangélisent.



 


Auprès des familles de prisonniers

 

15 mars 2014 2014 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Sr Aleth, de la communauté de Chamblanc, participe chaque semaine à l’accueil des familles de détenus de la maison d’arrêt de Dijon.

L’association pour l’accueil des familles de détenus comprend une trentaine de membres bénévoles qui choisissent parmi les six demi-journées proposées celles qui leur conviennent le mieux.

Elle met à disposition un lieu d’accueil aux couleurs claires, proposant un coin jeux pour les enfants, un coin change et un coin toilette.

Il permet aux familles de se décontracter et de se reposer un peu avant le parloir : boissons offertes, écoute, quelques attentions pour les personnes en grande souffrance, jeux avec les enfants. Certains de ces enfants ne sont pas autorisés à entrer au parloir, ils restent donc avec nous.

Ce temps d’accueil est très apprécié des familles, lesquelles nous remercient souvent très chaleureusement.

Les accueillants s’enrichissent aussi face au courage de certaines familles.



 


50 ans de l’église Ste Bernadette à Dijon

 

26 mai 2014 2014 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

Des sœurs de Chamblanc et sr Agnès Thevenin étaient présentes à cette grande fête en mémoire des 40 années de présence des sœurs de St Joseph de Cluny sur le quartier et à la paroisse.

Deux heures d’émotion…

Durant toute la veillée, des chants, des photos et des témoignages ont rappelé ces années de vie intense, d’évènements forts, d’audace missionnaire…

Sr Agnès Thevenin a la particularité d’avoir l’âge de la paroisse (elle y fut baptisée en 1964) et d’y avoir vécu un certain nombre événements qui l’ ont marquée.Elle a pris la parole pour témoigner de ces années qui l’ont construite. En réponse, d’un seul cœur l’assemblée lui a chanté bon anniversaire et lui a remis un tablier (de service) au logo des 50 ans de « Ste Bé » !!!

Quelques extraits du témoignage de sr Agnès

. Plus que des étapes qui ont rythmé ma vie, j’ai vécu à Ste Bernadette une belle expérience d’Eglise à l’échelle d’une communauté paroissiale. Ce qui m’a frappée, alors que j’étais jeune, c’est la vie débordante, qui jaillissait de cette église.

. Un autre point qui m’a marquée, c’est la diversité culturelle des paroissiens : un véritable arc-en-ciel du monde.

. Et puis il y a eu toutes ces années vécues en communauté de sœurs de St Joseph de Cluny. Nous avons goûté les joies d’un quartier multiculturel et partagé la vie paroissiale. Nous avons vécu à « Ste Bé » comme dans une famille des moments de joie (mariage, grande fête…) mais aussi des moments plus difficiles (obsèques d’amis, de paroissiens)

. Nous avons également vécu les changements de prêtres et avec eux pris des chemins nouveaux. Mais « Ste Bé » est toujours restée un peu « notre chez nous ».

. L’année dernière en Novembre 2013, la communauté a fermé ses portes, après 40 ans de présence sur le quartier et à la paroisse.

Nous sommes parties le cœur un peu gros mais nous sommes surtout parties enrichies de notre expérience humaine et spirituelle. Enrichies des racines plantées et qui demeurent. Enrichies d’avoir rencontré Jésus souriant, souffrant, Jésus vivant, heureux et miséricordieux… dans toutes les personnes qui ont croisé notre chemin et notamment à « Ste Bé ».

Pour ces années de joie, merci Seigneur !

Sr Chantal a également pris la parole pour évoquer quelques sœurs qui ont marqué la paroisse et le quartier dont par exemple, sr Madeleine Cousin, sr Marie-Etienne Courtois, sr Emmanuel Le Stir, toutes ayant été de vraies missionnaires...

C’est le Père Raoul Mutin qui a conçu et animé cette veillée avec Cécile et Jean Noël Klinger et les divers groupes d’animation liturgique qui ont animé durant ces 50 ans…
Chants d’hier et d’aujourd’hui ont transporté l’assemblée dans un belle et grande action de grâce.
Rendez-vous dans 50 ans !!!…



 


193 ans de présence à Saint Pierre et Miquelon

 

4 août 2019 par Soeurs de Saint-Joseph de Cluny-France Suisse Saint-Pierre et Miquelon

20 Juillet 1826... c’était hier ! C’est à l’initiative du Commandant BORIUS qu’est due l’admission des Sœurs de Saint Joseph de Cluny dans la "Colonie de Saint Pierre et Miquelon" et l’organisation des premières œuvres qui leur furent confiées, à savoir : « le soin des malades à l’Hôpital et l’Education des jeunes filles."

Désignées pour cette fondation nouvelle par leur Fondatrice Anne-Marie Javouhey, deux jeunes religieuses - l’une avait 28 ans et l’autre 22 - firent voile vers les Iles à bord de « La Béarnaise ».

« Le 20 Juillet 1826, les habitants acclamaient joyeusement « La Béarnaise », qui, partie de Toulon, le 7 Avril, entrait au Barachois, après cent quatre jours de traversée… tous les regards se portaient d’instinct vers deux religieuses à la robe azurée… »

20 Juillet 2019 – 193 ans c’est Aujourd’hui !

Magnificat !
Un immense merci a toutes nos sœurs qui ont travaille dans nos îles

et rendez-VOUS EN 2026... c’est DEMAIN !



 


Conception et développement : bonnenouvelle.fr

http://sjclunyfrancesuisse.fr/spip.php?page=imprimer_rubrique&id_rubrique=25&lang=fr

Les communautés


Agenda
octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019

newsletter